Chemin : Accueil > Blog bio > Alimentation > Composez votre tisane santé

Composez votre tisane santé

« Chaque tisane est une tasse de santé. Diffusée rapidement à tout l’organisme humain, la tisane absorbée par l’intestin est ensuite éliminée par les reins, chasse ainsi les toxines et facilite le retour à la santé ».

 

Composez votre tisane santé

 

 

Mais également, la tisane nous hydrate, nous réchauffe, voir même nous réconforte : elle nous enveloppe de ses doux parfums et nous caresse de ses saveurs. Voilà qui donne envie, non ? Dans cet article je vous propose de comprendre ce qu’est une tisane, pourquoi s’intéresser aux plantes et quelles vertus associer pour votre plus grand bien.

  

 

Les plantes une tradition millénaire


L’usage des plantes a traversé les âges et les civilisations : Des égyptiens en passant par les Grecs et les Romains, aux jardins de Curés sous l’Antiquité…les plantes étaient utilisées et étudiées par les médecins.

 

A la Renaissance, Paracelse met au point sa fameuse théorie des signatures, émettant comme principe que les vertus médicinales des plantes peuvent être déduites de leur morphologie, de la forme des racines, de la couleur des fleurs (ex. la pulmonaire). Ce qui deviendra un atout pour la reconnaissance des plantes et de leurs vertus.

 

 

Et pourtant malmenée…


Mais Thierry Thevenin, (producteur-cueilleur de plantes médicinales, herboristes et botaniste de terrain, porte-parole du Syndicat des SIMPLES, enseignant en centre de formation agricoles et universités), dans son « Plaidoyer pour l’herboristerie » (2013), explique à quel point « c’est un long chemin, pas tranquille du tout, que celui de l’histoire de la plante médicinale ». Vénérée, puis dédaignée, la plante médicinale est devenue en moins de deux siècles une simple matière première pour l’extraction industrielle de molécules pharmaceutique. On en oublie même de respecter cette merveilleuse ressource de santé qu’est la flore terrestre.

 

En effet, partir des années 1930, lorsque de nombreuses substances actives contenues dans les végétaux sont produites par synthèse, les plantes médicinales vont sortir peu à peu du quotidien. Emmenant avec elles les savoirs ancestraux.

 

 

Nature ou synthèse ?


Or, l’avantage d’utiliser la plante médicinale est que l’on s’assure d’avoir son totum : les plantes dans leur forme végétale sont bien mieux tolérées par l’organisme que des produits de synthèse (Levogyre vs Dextrogyre). Les produits de synthèses contiennent des molécules isolées, tandis que la plante entière (ou partie de plante) contient un ensemble de molécules qui ensemble ont une efficacité et un mode d’action tout autre, bien plus compatible avec le corps humain, nous mettant à l’abri des fameux « effets secondaires » indésirables.

 

 

1/ Préparer sa tisane :


L’aile ou la cuisse ?


Les principes actifs sont inégalement répartis dans le végétal, ainsi on utilise différentes parties de la plante en tisanes : les feuilles (menthe), fleurs (mauve), racines (bardane), fruits (cynorhodon), graines (angélique), bourgeons (pin sylvestre), écorce (aubier de tilleul)…

 

Infusion ou décoction ?

Les préparations les plus utilisées en phytothérapie sont la décoction et l’infusion (ou tisane). C’est l’eau qui est utilisée comme solvant pour extraire les principes actifs hydrosolubles des plantes. Les huiles essentielles des plantes sont liposolubles (donc solubles dans l’huile) et ne sont que très peu présentes dans les tisanes.

 

 

Pour toutes les parties dures d’une plante : écorce, racine, tige, graine, bourgeons, et feuille épaisses (romarin) préférez la décoction : porter à ébullition la quantité voulue dans une casserole (autre qu’aluminium). Ajouter la plante et laisser bouillir à petit feu en couvrant (afin de conserver les molécules volatiles) pendant 5 à 20 min en fonction de l’épaisseur de votre plante. Laisser refroidir un peu avant de filtrer et boire. Elle concerne

 

Pour les parties de plantes fines ou fragiles (feuilles, fleurs…) préférez l’infusion : verser l’eau qui commence à bouillir sur la plante, dans une théière ou un autre récipient en émail, en faïence ou terre. Couvrez et laissez infuser de 10 à 15 minutes. Filtrez et buvez.

 

 

Et le dosage ?


Pour 150ml eau, comptez 1 pincée à trois doigts par tasse.

Il est préférable de boire sa tisane juste après sa préparation pour éviter que les propriétés des plantes disparaissent. Cependant, vous pourrez également laisser votre tisane refroidir à couvert pour la déguster froide en période d’été par exemple.

Pour une cure, comptez 3 tasses par jour (1 tasse = 150ml) : le matin a jeun, 1 tasse 30 min avant le repas du midi, et 1 tasse le soir, avant de se coucher.

 

En cure de 3 semaines pour un effet rééquilibrant des systèmes du corps

En cure d’attaque sur 3 ou 4 jours pour les infections (rhumes, ORL, constipation passagère…)

Ou juste pour le plaisir, de manière occasionnelle.

 

Il est recommandé de changer régulièrement de plante pour éviter d’éventuels désagréments (accumulation de substances, détox contreproductive…). Pas d’accoutumance physique.

 

 

Sachet vs plante entière


Les principes actifs sont contenus dans la plante. Ainsi, ils se libèrent et sont accessibles lorsque l’on découpe les parties de plante. En conséquence, les principes actifs vont être mieux conservés dans une partie de plante entière que dans des brisures de plantes, les molécules sont volatiles et s’échappent avec le temps. Il est donc préférable de choisir un sachet de plante entière ou faiblement fractionnée qu’un sachet de plante dans lequel la plante a été réduite en miette. Autant vous dire que les sachets de tisane de grande distribution sont d’une efficacité quasi nulle d’un point de vue médicinal et d’un arôme assez éloigné de la plante ; sans compter leur provenance et mode de culture peu respectueuses de l’environnement.

 

 

Plante fraîche vs sèche


On peut noter que certaines plantes sont plus actives fraiches que sèches, car les principes actifs se dégradent au séchage. C’est le cas du plantain qui est plus actif frais que sec. Au contraire, certaines plantes seront plus actives sèches que fraîches, c’est le cas des feuilles de frêne. A conserver chez soi à l’abri de la lumière, dans une pièce sèche et éviter les variations de température. Un sachet de plante se conserve largement 1 an.

 


Ouvrez l’œil !


Une plante sèche de qualité se repère notamment grâce à sa couleur : elle doit être la plus proche possible de la couleur d’origine. Une plante de couleur « paille » n’est pas considérée comme étant satisfaisante en termes de qualité. Les plantes sont séchées à l’obscurité pour que la lumière ne détériore pas leurs principes actifs. C’est pour cette raison que vous trouverez aussi des sachets sans opercule transparente. Mais alors comment vérifier la qualité de la plante ? Il est toujours possible d’essayer. Ensuite vous vérifiez l’état de la plante.

 

 

Le Bio, évidemment.


Pour une tisane santé préférez le BIO, car les pesticides et autres engrais chimiques ne sont pas recommandables ni pour vous ni pour la planète. Et de production locale tant que faire se peut, en fonction de la plante désirée… Vous en trouverez à des prix abordables (env. 4.5€).

 

 

2/ Créer sa synergie de plantes

 

Les plantes médicinales contribuent à faire prendre doucement, sans heurt, le chemin de la convalescence et de la guérison. Mais attention aux contrindications et aux allergies : si vous avez un traitement médical (hypertension artérielle, fluidifiant sanguin, thyroïde…), vérifiez obligatoirement et avec précaution les contre indications des plantes.

 

Une synergie combine des actions de plantes complémentaires : une composition de 3 plantes va favoriser l’action des molécules entre elles. Vous pouvez aussi choisir en fonction du goût…et de la couleur !

 

Pour un gros dodo : mariez trois plantes du sommeil.

La mélisse ou l’aubépine pour leur effet équilibrant nerveux ; le tilleul, la lavande ou la camomille pour leur effet sédatif ; puis la valériane, le pavot de californie ou le houblon pour leur effet hypnotique.

 

Après un repas copieux : mariez trois plantes de la digestion

Le radis noir, romarin, artichaut ou souci pour leur effet tonique sur le foie et la vésicule biliaire ; l’angélique, le fenouil, l’anis, ou la menthe pour leur action sur les intestins ; et le basilic ou la camomille allemande pour leur effet antispasmodique.

 

Et pour les maux de l’hiver

Choissisez le lierre terrestre, la violette, le tussilage ou la réglisse pour leur action sur les bronches (si besoin) ; l’échinacée pour son effet stimulant du système immunitaire ; et le thym, la sauge ou le bourgeon de pin pour leur effet antiseptique général.

 

A vos théières chers citoyens !

 

 

Auteur : 

Sandra Depierre

Labo M – Naturopathe

Consultations et Ateliers sur les plantes médicinales

 

 

Sources :

- Emile PLANCHE, La nature source de santé.

Plaidoyer pour l’herboristerie, Thierry Thevenin

Larousse des plantes médicinales

 

 

 

                    > Trouver un naturopathe près de chez moi <

 

 

 

Autres articles : 

 

Les plantes sauvages

 

Qu’est-ce que la gemmothérapie ?

Commentaires (0)

Soyez le premier à commenter cet article !

Soumettre un commentaire

Prénom/Nom :
Mail :  (votre mail sera ni affiché ni diffusé)
Message :
Important ! Votre message sera affiché après validation par notre équipe.

Derniers articles
« Chaque tisane est une tasse de santé. Diffusée rapidement à tout l...
Lire la suite

Produits à la une

Produits en promotion